AU NOM DE LA RENTABILITE COMMERCIALE !!

 

 

 

novembre 2002

Au nom de la rentabilité commerciale …

  A fin d’ atteindre au mieux les objectifs que nous nous sommes fixés, il nous est pratiquement impossible de tout faire seuls : nous avons très souvent besoin d’aide et assez paradoxalement, c’est parmi les bénévoles que trouvons le plus aisément le soutien. Non seulement, il s’agit des personnes qui répondent le plus promptement à nos demandes mais, en outre, elles sont totalement désintéressées  et qui, de ce fait,  n’ont donc aucune obsession d’ordre pécuniaire. Leur seule idée est de nous aider et ainsi apporter leur petite pierre à l’édifice que nous bâtissons patiemment. 

Un exemple ? Je me contenterai de citer celui de Stéphanie (13  ans, excusez du peu !) qui, préférant un peu laisser de côté ses amies et les préoccupations propres à son jeune âge, n’ hésite jamais à passer son Réveillon de Nouvel An à nos côtés (Routy Service), distribuer des prospectus (Courtoisie) ou  vendre des bics à notre nom. Et n’allez surtout pas imaginer que Stéphanie possède vraiment le tempérament idéal pour aborder « les gens » : non, elle est plutôt timide et réservée, c’est tout dire. Mais Stéphanie sait ce que signifie l’expression trop souvent bafouée « rendre service » et c’est par ses actes qu’ elle la concrétise.

  Tout ceci nous encourage évidemment à persévérer dans nos actions et nous confirme le bien-fondé de chacune de nos initiatives :  c’est en grande partie grâce à tous ces bénévoles que nous continuons, peu  importe les obstacles que nous rencontrons sur notre parcours.

  Précisément, à propos d’obstacles, parlons-en : ils sont nombreux et se dressent devant nous chaque jour. C’est lorsque l’on fait appel à certaines sociétés que l’on se rend compte combien le bénéfice et le rendement commercial supplantent quasi constamment toute forme de collaboration, en même temps qu’ est rejetée en arrière plan l’ idée de préserver des dizaines de vies.

  Le ROUTY SERVICE (pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit de ramener à leur domicile des personnes en toute sécurité durant le Réveillon de Nouvel An) en est une flagrante illustration : pour avoir contacté personnellement bon nombre d’importateurs automobiles, dans le but de prêter gracieusement l’un ou l’autre véhicule, je peux dire que la tâche est rude,  parfois insurmontable et, de toute façon, extrêmement décourageante ; il est à peine tenu compte de notre expérience des précédentes années ( plus de 400 personnes ont quand même pu rentrer chez elles saines et sauves), ceci parce que l’impact commercial n’est aucunement garanti, ce qui n’est que (très) partiellement vrai.

  Que l’on désigne cela comme on veut, c’est donc uniquement une question de sous. Les excuses fréquemment évoquées sont multiples : questions d’assurances (« faut des plaques spéciales »), disponibilité insuffisante (« notre flotte ne comporte p            as de voitures en suffisance pour toutes les associations qui en font la demande »), doutes  quant aux conducteurs de notre association (« sont-ils vraiment sérieux ? »), délais trop brefs (tu parles, des appels sont lancés depuis le mois de mars), demande d’exclusivité (impossible à assurer car quelle société nous prêterait-elle 10 véhicules ?), …,  j’en passe et des meilleures.

  Ceci étant, il reste heureusement que certaines sociétés nous font pleinement confiance : tous nos interlocuteurs ne sont pas à ranger parmi la liste de ceux qui privilégient l’aspect commercial au détriment du soutien et de l’aide -ô combien précieuse- qu’ils pourraient nous accorder, même en dehors du ROUTY. Pour ne pas faire de jaloux, nous ne citerons pas celles et ceux sur qui nous pouvons réellement compter ; ils ne se comptent pas par dizaines, mais ils sont là : c’est aussi ainsi que vit le GAR …

 

 

Commentaires !

Retour au sommaire

Retour à la page d'accueil